Archive | Contes RSS for this section

La fois où j’ai débusqué le faux Père Noël

J’ai eu le plaisir de raconter à La Presse Plus comment j’ai percé le complot entourant le Père Noël alors que j’avais 8 ans !

Article paru dans La Presse Plus : Noël 2015

Conte de Noël du conteur Alexandre Gauthier

Conte de Noël du conteur Alexandre Gauthier

« Je voulais une super balle, tsé qui rebondit vraiment haut. Tout le monde en avait une à mon école, mais mes parents refusaient de m’en acheter une. J’ai donc dû faire une fugue ! Jusqu’au centre d’achat (bien sûr avec le plan de revenir pour souper). J’ai alors erré avec mes 8 ans dans les rues du quartier ne sachant pas vraiment comment m’y rendre. Si bien que je suis arrivé par derrière. Là où les camions viennent décharger leurs cargaisons et où les employés prennent leurs pauses. C’est là que je l’ai vu ! Bedonnant, habillé en rouge, avec sa grosse barbe – fumant une cigarette ! J’étais tellement choqué !

– Père Noël, tu fumes ?

Pris la main dans le sac. L’homme a eu le beau réflexe de soulever sa barbe devant mes yeux écarquillés.

– C’est parce que je suis pas le vrai. On m’engage pour faire le Père Noël au centre d’achat. Le vrai, lui, il fume pas. »

Conte : des ateliers pour les secondaires 3

Bonjour,

En tant que conteur, je suis accrédité par Culture à l’école qui couvre 75% des frais de mes performances. Sachant que le conte figure au programme de secondaire 3, je vous propose des ateliers ludiques et formateurs :

1- Contes viraux

Après s’être fait exposer les composantes du conte traditionnel par le formateur, les étudiants sont divisés en équipe et doivent choisir une vidéo virale sur le Web.

Avec l’aide du formateur, chaque équipe devra inventer un conte inspiré de leur vidéo (en ciblant le protagoniste, l’antagoniste, l’élément déclencheur, la quête, les péripéties et la conclusion).

Tour à tour les équipes viendront présenter leur conte aux autres étudiants. Les vidéos qui ont servi d’inspiration seront écoutées au moyen d’un projecteur suite à la présentation des étudiants.

2- Héros populaires

Après s’être fait conter une histoire traditionnelle, le formateur décortique avec eux les composantes du schéma narratif du conte qu’ils viennent de voir (héros, élément déclencheur, quête, antagoniste, péripétie, conclusion, etc.)

Divisés en équipe, les étudiants doivent reprendre le même schéma narratif, mais en y intégrant leurs héros modernes préférés : Justin Bieber, Batman, Marie-Loup Wolfe, etc. Le formateur accompagne les jeunes dans leur processus d’adaptation du conte traditionnel.

À la fin de la période, chaque équipe vient présenter son conte au reste de la classe.

 3- Trousse du conteur

Cet atelier vise à travailler les qualités essentielles chez un bon conteur : diction, projection, posture, préparation, etc. Les étudiants se familiarisent à toutes ces disciplines grâce à des exercices ludiques inspirés de l’univers des contes traditionnels. À la fin de l’atelier, les étudiants se font offrir gratuitement une version électronique de la trousse du conteur pour les accompagner dans le futur.

Invitez-moi dans votre école

Pour m’inviter, il faut déposer une demande au programme Culture à l’école dès maintenant (au plus tard au début de l’automne). Je suis disponible pour rencontrer tous vos groupes et revenir sur plus d’une journée. Des activités de préparation et de réinvestissement en classe peuvent être créées sur mesure.

Écrivez-moi immédiatement pour développer un projet ensemble : gauthieralexandre@outlook.com

Biographie et démo

Alexandre Gauthier

Alexandre Gauthier

En tant que conteur je cumule quelques centaines de prestations devant divers publics dont : les Fêtes de la Nouvelle-France, les Dimanches du Conte, Pointe à Callière, le Festilou, le 150e de Victoriaville, la Fête nationale de la Mauricie.

Issu du monde de l’improvisation, je m’adapte et interagit avec le public. De plus, j’ai une formation universitaire en communication et à l’INIS en scénarisation. Je suis scénariste sur plusieurs projets pour la télévision, le cinéma et le Web.

gauthieralexandre@outlook.com

Membre du Regroupement du conte au Québec

Un conte de 2 minutes au Téléjournal

Pour la journée des Patriotes, le conteur Marc-André Fortin et moi sommes allés conter au Téléjournal de Radio-Canada Mauricie. Un court conte de 2 minutes top chrono expliquant comment a été créé le premier bulletin sportif.

 

C’est pas du conte ce que tu fais

PHOTO: PATRICK WOODBURY, LE DROIT

PHOTO: PATRICK WOODBURY, LE DROIT

T’as une chemise à carreaux. T’es sur une scène. Tu contes des affaires au public. Mais y paraît que t’es pas un conteur. C’est un autre conteur, un vrai, qui me l’a dit.

C’est une critique qu’on entend parfois dans le milieu : « Lui, ce qu’il fait c’est même pas du conte, c’est de l’humour (s’il est plutôt drôle), du théâtre (s’il est déguisé), ou de la littérature (s’il met ses contes par écrit). Comme s’il y avait une vraie manière de faire.

Comme si on disait : « Pfff ce n’est pas de la musique ce qu’il fait, c’est du folk… ». Bref, ce n’est pas une critique, c’est du n’importe quoi. Ce que je n’aime pas dans cette attitude c’est qu’on tente de limiter le conte. De figer la manière de le faire.

Comme dans toutes les autres formes d’art, il existe des courants artistiques dans le conte. D’ailleurs, identifier ces courants serait un exercice plus enrichissant que d’en imposer un seul comme étant la « vraie » façon de conter. Plutôt que de les discréditer, on gagnerait à saluer l’audace de ceux qui sortent des sentiers battus.

Pourquoi devrait-on conter de la même manière que nos ancêtres au bord de leurs poêles à bois ? Les conteurs sont-ils des nostalgiques, ou pire, des conservateurs ? Il n’y a pas grand débats en cinéma à savoir si on devrait continuer de faire des films muets ou en sépia.

Même s’il existe des courants classiques en danse, en musique, en peinture et en plein d’autres arts, tout le monde reconnaît qu’il s’agit d’une des manières de pratiquer son art, mais pas la seule. Les conteurs devraient prendre le temps de saisir les nuances et les courants qui traversent leur pratique plutôt que d’insidieusement critiquer tout ce qui sort du style classique établie par… j’imagine un bûcheron un soir de brosse.

En tant que conteurs, nous sommes des cordonniers mal chaussés. Nous pratiquons l’art oral, mais manquons de mots pour raconter ce que nous faisons.